zoopro formations animaux
Tél : 09 53 05 96 37

Suivez-nous

Facebook   youtube   Instagram   linkedin
"Stop l'abandon, l'adopter c'est s'engager"

"Stop l'abandon, l'adopter c'est s'engager"

Comment lutter contre l’abandon ? 


Vous avez sûrement vu passer sur ces réseaux cette vidéo clamant qu’”adopter, c’est s’engager !”. Elle fait partie de la campagne contre l’abandon de l’Etat français lancée en juillet : #StopAbandon


Le gouvernement français a présenté le 21 juillet un plan destiné à lutter contre les abandons et à aider les refuges à y faire face. Pour soulager les 800 refuges de France, l’Etat va débloquer 20 millions d’euros pour agrandir ces lieux. 


Pour limiter les abandons, ils vont également renforcer les sanctions. Le temps de prison va ainsi passer de 2 à 3 ans, couplé à une interdiction de posséder un animal. Il faudra également prochainement détenir un certificat de sensibilisation pour les acheteurs et les adoptants. 


Le gouvernement s’est également engagé à financer des campagnes de stérilisation des animaux errants et à faciliter l’accès aux soins vétérinaires pour les plus démunis. Une charte sera également mise en place pour toute personne voulant adopter. Pour éviter les adoptions impulsives, il sera composé de plusieurs informations concernant les soins, l’identification, et les vaccins nécessaires à un animal. Une campagne de sensibilisation va aussi être mise en place avec des affiches sur les aires d’autoroutes puisque 60% des abandons ont lieu à cet endroit. 


En effet, cela fait plusieurs années que ça dure, et 2021 ne fait pas exception. Depuis début mai, plus de 10 000 animaux ont été recueillis dans les refuges. La France serait en effet la triste championne du nombre d’abandons d’animaux de compagnie : 100 000 abandons par an chaque année, dont 60 000 l'été.


C’est la SPA qui a fait cette terrible constatation. Ils font face à une hausse de plus de 15% du nombre d'abandons en juin par rapport à juin 2019. Une hausse qui est dû en grande partie à l’engouement d’adopter un animal pendant la crise sanitaire. Entre la facilité d’achat via internet, et la permission de sortir pendant le confinement pour promener son chien, nombre de nos amis à quatre pattes ont trouvé un foyer avant d’être abandonnés par manque de temps ou par encombrement. Le confinement a changé le profil des animaux abandonnés, comme l’explique Claire Brissard, gérante de la SPA de Hermeray : “on a beaucoup de chatons.” raconte-t-elle. “Des propriétaires ont utilisé le confinement pour nous dire ‘je n’ai pas pu faire stériliser”. Pendant le confinement, l’animal a donc bien occupé la personne et quand elle a retrouvé sa vie d’avant, elle a oublié l’animal qui l’a accompagnée.


C’est surtout dans les chatteries que ce nombre explose, avec une hausse de plus de 25%. Beaucoup de propriétaires ne stérilisent pas leurs chats malgré les récentes lois mises en place par le gouvernement pour limiter la propagation de chats errants. Pourtant, les chats restent les animaux les plus abandonnés en France. D’après Sabine Ledéquerre, agente animalière à la SPA, des membres doivent même accueillir des chatons à leur domicile par manque de place dans les refuges : “Depuis le début, j’en suis déjà à dix chatons à la maison.” précise-t-elle. 

Pour gérer le flux des nouveaux arrivants, la SPA est même "obligée de faire de la place, de pousser les murs, de séparer des espaces pour pouvoir accueillir d’autres chats dans la chatterie.”. 


Pourtant, les chats et les chiens ne sont pas les seuls victimes d’abandons. Les NAC sont aussi victimes de leur succès, et subissent ces adoptions impulsives. Souvent relâchés en pleine nature, les NAC se retrouvent alors livrés à eux-mêmes, sans savoir souvent comment subvenir à leurs besoins car né et élevé en captivité. 


S’occuper d’un animal nécessite du temps et de l’argent, et la SPA insiste fortement sur le fait que c’est un acte réfléchi et un engagement. Pour le bien-être des animaux, il est nécessaire de prendre en compte tout ce qu’implique un animal. Que ce soit au niveau du temps, comme de l’argent, un animal demande des soins et une attention réguliers. Ce n’est ni une peluche ni un jouet que nous pouvons laisser de côté lorsque nous n’avons pas le temps de nous en occuper. D’où la nécessité de bien réfléchir avant d’adopter afin que la cohabitation avec votre animal se passe au mieux. 


Nous espérons que les mesures mises en place par le gouvernement, ainsi que leur campagne de sensibilisation feront à terme disparaître les abandons.