zoopro formations animaux
Tél : 09 53 05 96 37

Suivez-nous

Facebook   Twitter   Instagram
Les perroquets sont-ils capables de déchiffrer les probabilités ?

Les perroquets sont-ils capables de déchiffrer les probabilités ?

Jusqu’à aujourd’hui les sciences avaient montré que seuls les Hommes et les singes étaient capables de comprendre les probabilités. Des chercheurs ont, dernièrement prouvé que les perroquets sont dotés d’une grande intelligence et sont aptes à comprendre les probabilités. 

Les perroquets ont-ils les mêmes facultés mentales que les Humains ?

Cette étude s'est basée sur 6 kéas, une espèce de perroquets originaire de Nouvelle-Zélande. D'ailleurs, les scientifiques expliquent que leurs « résultats montrent que le kéa présente trois signatures d’inférence statistique, et peut donc intégrer les connaissances dans différents domaines cognitifs pour ajuster de manière flexible leurs prédictions d’événements d’échantillonnage. Ce résultat fournit la preuve qu’une véritable inférence statistique se trouve en dehors des grands singes, et que des aspects de la pensée générale peuvent évoluer de manière convergente dans des cerveaux avec une structure très différente de celle des primates ». 

On entend par inférence statique la capacité d’évaluer des probabilités et d'effectuer un arbitrage en lien avec les résultats de l'évaluation. 

Comment ont-ils pu prouver la compréhension des probabilités par ces perroquets ? 

Plusieurs expériences ont eu lieu, dont la première consistait à faire associer aux 6 perroquets la couleur orange avec l’absence de récompense et la noire avec la présence de cette dernière. C'est ainsi, que des pots en verre translucide ont été remplis avec des proportions différentes de jetons noirs et orange. C'est devant des perroquets que les chercheurs sélectionnaient des jetons dans un ou plusieurs bocaux, et cela évidemment sans que les oiseaux puissent voir la couleur du jeton choisie. Les volatiles devaient donc trouver dans quelle main était dissimulée le jeton noir. Les kéas ont principalement choisi une main qui détenait un jeton sélectionné dans le contenant avec la plus grande proportion de jetons noirs : c’est-à-dire la probabilité la plus élevée d’obtenir une récompense. Ils ont, de plus, su différencier les pots contenant une grande quantité de jetons noirs et/ou une petite quantité de jetons orange avec une plus grande part de jetons noirs par rapport aux jetons orange. 

Un autre essai a été de cloisonner les bocaux contenant les jetons. Les perroquets ont ainsi adapté leur comportement en fonction de la part de jeton noir concentré resté sur la partie non cloisonnée du bocal. Ils avaient également tendance à chercher le jeton dans la main d’un scientifique qui avait le plus tendance à leur donner un jeton noir. 

Les tests équivalents réalisés sur des singes et des nouveau-nés humains ont démontré les mêmes résultats et prouve donc la similitude des facultés mentales entre ces trois espèces. Selon les savants, cela peut s'expliquer par la présence d’un ancêtre commun avec les oiseaux, il y a plus de 310 millions d’années. 

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les oiseaux ou même les garder, vous pouvez réaliser la formation Zoopro ACACED « Autres animaux » et la formation pet-sitter