zoopro formations animaux
Tél : 09 53 05 96 37

Suivez-nous

Facebook   Twitter   Instagram
Connaissances générales sur les chats

Connaissances générales sur les chats

Quelle est l'origine du chat ?

Les origines du chat sont à ce jour encore très méconnues. Toutefois, grâce à la découverte de certains fossiles, les scientifiques estiment que le chat serait rattaché aux miacidés, ancêtre commun de tous les carnivores, présent sur notre planète il y a environ 60 millions d’années dans l’hémisphère nord. Ces petits animaux se rapprocheraient visuellement de la genette, avec un corps souple et allongé garni d’une longue queue. Malgré leur petite taille, les études montrent qu’il s’agissait en réalité de redoutables prédateurs.

On estime que les ancêtres des félidés vivaient dans les milieux tropicaux. Ce qui explique en partie pourquoi il est encore difficile à ce jour de déterminer plus précisément leur origine puisque ce type de climat n’a pas été favorable à la fossilisation. Cependant, on situe l’apparition des premiers félins à environ 40 millions d’années, grâce à leurs ancêtres communs appelés Proailurus et Pseudaelurus. En effet, leurs fossiles présentent des caractéristiques propres à la famille des Felidae, surtout au niveau de la denture qui présente de longues canines tranchantes utilisées à la chasse pour déchirer leur proie et lui infliger une blessure mortelle.

Pendant cette période, les premiers félins auraient régné en maître sur la plupart des continents où ils ont pu migrer et ainsi, poursuivre leur évolution. Cette grande famille comprend des espèces actuelles mais aussi certains félins comme le « Smilodon », celui à dents de sabre, dont les derniers représentants se sont éteins il y a environ 10 000 ans. Ce spécimen semblable au lion, était caractérisé par ses immenses canines émergeantes devant la mâchoire inférieure. Parmi les ancêtres des félins actuels, le Panthera Leo Atrox, nommé aussi « lion américain » ou encore « lion des cavernes » était sans doute le plus imposant et le plus terrifiant de tous. Beaucoup plus gros que le lion que nous connaissons aujourd’hui, il pouvait atteindre près de 400 kg et coexistait déjà avec les Hommes.

Il y a environ 5 millions d’années, les félins primitifs à longues canines se sont éteints progressivement pour laisser place à de nouvelles espèces que nous connaissons telles que les : tigres, guépards, panthères, ocelots et chats. L’ancêtre direct de nos chats sauvages serait plus précisément « Felis Junensis », dont les vestiges ont été découverts en Italie et remontent à près de 2 millions d’années.

Au sein de l’ordre des carnivores, les félidés représentent le groupe le plus riche. Les 35 espèces sont habituellement distribués en trois sous-familles :

  • Les Panthérinés : lion, tigre, panthère…
  • Les Félinés : chat, ocelot, serval, puma…
  • Les Acinonychinés : guépard

Façonnés pour la chasse, ils possèdent tous une impressionnante rapidité, une grande souplesse complétée par des sens extrêmement bien développés.  Leur gabarit varie d’une espèce à l’autre mais leurs traits restent identiques, avec une tête ronde et un corps plutôt fin. Hormis le lion qui figure comme une exception, tous les félidés sont solitaires.
Leur répartition géographique s’étend à travers tout le globe, à l’exception des régions polaires et du continent Australien.

De quand date la domestication du chat ?

A ce jour, la domestication du chat reste encore floue et fait l’objet de multiples controverses. Cependant, des archéologues ont démontré une relation entre l’Homme et le chat au cours de ces 8 000 dernières années. On suppose qu’il existe plusieurs foyers de domestication à travers le monde, dont le plus célèbre est celui attribué aux Egyptiens de l’Antiquité, qui auraient vénéré puis momifié ce petit félin. Longtemps utilisé pour protéger les denrées alimentaires des rongeurs, le chat éliminait les vecteurs de maladies graves en chassant les rats et rendait plus sûr les habitations en éliminant les serpents. Comme pour les autres espèces, ils étaient souvent apprivoisés très jeunes puis élevés au sein du groupe humain.

D’autres félins ont été convoité par l’Homme, comme les lions ou les guépards. On retrouve des peintures ou des sculptures montrant des fauves assis près du trône, souvent utilisé pour impressionner les ennemis ou pour chasser des proies rapides. Toutefois, l’imprégnation de l’Homme n’a pas duré assez longtemps pour permettre une véritable domestication, d’autant que ces animaux ont gardé leur instinct sauvage.

Si durant l’Antiquité le chat était considéré comme un animal sacré, à partir du Moyen Age, l’attitude de l’Homme à son égard s’est complétement modifiée. Avec ses habitudes nocturnes, sa ruse et sa couleur parfois noire, l’église a fait de lui un symbole diabolique. A l’image des sorcières, il a été persécuté et martyrisé.

Entre admiration et méfiance, ces changements de comportement vis-à-vis de l’animal ont engendré un rapport particulier entre l’Homme et le chat, qui garde son indépendance par rapport aux autres espèces domestiquées.
Il faudra attendre le XVIIème siècle pour que le chat retrouve de la considération aux yeux de l’Homme, qui l’adoptera peu à peu comme animal de compagnie. En effet, les aristocrates accorderont de l’intérêt à la fourrure soyeuse des chats angoras importés de Perse. Ainsi, à la fin du XIXème siècle les élevages félins font leur apparition et débute alors un travail de sélection fondé uniquement sur des critères esthétiques. La première exposition féline verra le jour en 1871, apportant ainsi une réelle importance à ce petit animal qui compte aujourd’hui près d’une soixantaine de races. Le métier d’éleveur a ainsi pris une grande importance, permettant de respecter les critères de chaque race et de conserver leurs caractéristiques.
A ce jour, même domestiqué, notre félin de compagnie garde sa pudeur contrairement au chien qui est devenu totalement dépendant de l’Homme. Sa domestication n’a pas entrainé de réelle modifications physiques ou comportementales et demeure assez fragile.

Quels sont les différents types de chats ?

Comme pour le chien, le chat possède lui aussi des grandes variations morphologiques qui permettent de caractériser son anatomie extérieure. Ces variations s’appuient essentiellement sur la structure générale de l’animal.
On distingue alors 3 grands types morphologiques (médioligne, bréviligne ou longiligne) à l’intérieur desquels se classifie toutes les races.

Le chat médioligne : les formes du chat sont équilibrées et harmonieuses. Le dos et l’encolure sont bien droits, avec des pattes assez longues. Il possède une tête plutôt arrondie, avec des yeux légèrement en amande et un corps bien musclé.
Ce groupe morphologique comprend toutes les races de chats de type Européen, qu’ils soient à poil court comme le Bleu Russe, ou encore l’American Shortair. A poil mi-long comme le Maine Coon ou le Sacré de Birmanie. Ou enfin à poil long tel l’Angora Turc.

Le chat bréviligne : les formes générales du chat sont trapues et massives, le corps est souvent plus long que haut. Ils ont une ossature marquée et une musculature très compacte. Avec un profil concave, les chats brévilignes ont une face large et légèrement écrasée et des yeux bien ronds. Ils possèdent également de petites oreilles arrondies et une petite queue. 
Dans ce groupe, nous retrouvons les très nombreuses variétés de Persans, qu’ils soient à poils longs ou à poils mi-longs comme l’Exotic Shortair.

Le chat longiligne : avec de très longs membres, les formes du chat sont sveltes et élancées, le corps est plutôt étroit. La tête prend la forme d’un triangle et se termine par un long et fin museau. Avec des yeux très en amande, le chat longiligne possède de grandes oreilles pointues.
Toutes les races de type orientales qu’elles soient à poils courts ou à poils mi-longs sont longilignes, telles que l’Havana, le Siamois et le Sphinx ou le Rex.

Quelle est la morphologie du chat ?

L'ossature

Le squelette du chat est composé de 279 à 289 os, selon sa race. Extrêmement résistante, son ossature mince et allongée permet une grande souplesse, notamment grâce à ses épaules et son bassin qui sont rattachés de façon plus ou moins amovible à la colonne vertébrale.
Comme pour toutes les espèces, la femelle dispose d’un os en moins que le mâle (os pénien).
La colonne vertébrale du chat est composée de :

  • 7 vertèbres cervicales
  • 13 vertèbres thoraciques ou dorsales
  • 7 vertèbres lombaires
  • 3 vertèbres sacrées
  • 20 à 24 vertèbres coccygiennes ou caudales

Le thorax dispose quant à lui de 13 paires de côtes.

Les griffes du chat

Les griffes du chat constituent la partie cornée de l’extrémité des pattes. Elles poussent tout au long de sa vie et sont utilisées principalement pour chasser, se défendre mais aussi pour pouvoir escalader.
Tous les félins possèdent des griffes rétractiles, à l’exception de certains d’entre eux comme le guépard.
La sortie des griffes est contrôlée par les muscles fléchisseurs des doigts, qui se contractent volontairement. Lorsque l’animal est au repos, les tendons gardent les griffes à l’intérieur de la gaine protectrice.
Contrairement au chien qui use naturellement ses griffes en marchant, celles du chat nécessitent parfois d’être coupées à l’aide d’un ciseau adapté pour éviter qu’elles se plantent dans les coussinets, et donc, occasionnent des lésions plus ou moins graves. En effet, celles-ci n’étants pas au contact du sol, le chat doit veiller à user régulièrement la pointe de ses griffes à l’aide d’un arbre par exemple.

La denture du chat

Le chat possède 30 dents. Elles ont à peu près la même forme que celles du chien mais sont plus petites et tranchantes, étant donné son régime carnassier. Ainsi, le chat possède une meilleure mastication que le chien, notamment grâce au raccourcissement de sa mâchoire et à ses petites incisives acérées qui déchirent efficacement les aliments en petits morceaux.       
En revanche, il est difficile de déterminer l’âge du chat par l’usure de ses dents.  
La denture du chat est composée de :

  • 4 canines saillantes et très pointues
  • 12 petites incisives       
  • 14 molaires dont 4 carnassières volumineuses

Le chaton compte 26 dents de lait. En effet, les 4 molaires carnassières n’apparaîtront qu’à l’arrivé des dents définitives. Chez le chaton, les canines et les incisives ressemblent fortement aux dents adultes mais sont beaucoup plus aiguisées. Ainsi, l’apparition des dents de lait sera à l’initiative du sevrage de ces derniers, qui seront rejetés par leur mère s’ils tentent de téter.
Entre 3 et 6 mois, les dents de lait tombent pour laisser placer aux dents définitives. Comme pour le chien, celles-ci sont toutes présentes vers l’âge de 7 mois.
A savoir : la langue des félins est tapissée de papilles cornées ! contrairement aux idées reçues, ces papilles ne servent pas à retenir l’eau lorsque le chat s’abreuve. En réalité, elles ont pour rôle d’enlever les poils de ses proies, pour mieux racler leur chair. Bien entendu, elles sont également très utiles pour faire sa toilette.

Les yeux du chat

L’œil du chat dénombre une grande diversité de couleurs, obtenues par un mélange de pigments dans l’Iris.
Les principales couleurs reconnues sont :

  • Le cuivre ou orangé
  • Le jaune, couleur présente particulièrement chez les chats sauvages
  • Le vert, présent dans de nombreuses races
  • Le noisette, mélange de jaune et de vert
  • Le bleu, clair ou foncé, associé aux chats blancs ou à la robe colourpoint
  • Vairons, avec une couleur différente à chaque œil ou sur une partie de l’œil. Plutôt rare chez le chat, hormis ceux à poils blancs

Tous les chatons naissent avec les yeux gris/bleu. C’est au cours de ses six premiers mois que la couleur réelle de leurs yeux se mettra progressivement en place.
En plus de leur coloration, la forme des yeux peut elle aussi varier. La grande majorité des chats possèdent des yeux ovales, dits en « amande » comme le Maine Coon ou les chats de type Européen. Ceux de type Persan ont quant à eux des yeux plus ronds, et enfin les chats de type oriental, possèdent généralement des yeux dits « bridés ».
Selon les espèces, les pupilles des félidés peuvent se contracter. Lorsqu’il y a beaucoup de luminosité, les pupilles forment une fente verticale très étroite. En revanche, elles deviennent rondes et très étendues en l’absence de luminosité.
Par ailleurs, l’œil du félin est six fois plus sensible dans la pénombre que l’œil de l’humain. Cette caractéristique provient du « tapetum lucidum », couche réfléchissante qui tapisse le fond de la rétine et permet la réflexion de la lumière, facilitant ainsi la vision dans l’obscurité.

Le pelage

Le chat dénombre une multitude de pelages, tant en termes de couleurs, de motifs et de longueur des poils.
Depuis le 1er septembre 2009, le LOOF a mis en place une nomenclature concernant la dénomination des robes. Ainsi, le nom de la robe d’un chat est d’abord composé de la couleur (ex : black) puis de la variation (ex : Smoke). Dans cet exemple, la robe du chat sera ainsi appelée « Black Smoke ». Par ailleurs, de nombreuses races n’admettent qu’une seule couleur.

On distingue différentes catégories de robes, selon leur intensité de coloration.
Les robes uniformes
La couleur du poil est identique sur tout le corps. Cette couleur peut être : noir/black, brown/seal (marron foncé), bleu/blue, chocolat au lait, lilas/lilac (beige rosé) , cinnamon, fawn, roux/red, crème…
Par exemple : le Blue Russe

Les robes tabby
Concernant les robes qui possèdent une couleur de base, sur laquelle se rajoute des tâches, rayures ou marbrures d’une couleur souvent plus sombre. Ce type de robe est très fréquent chez les chats Européens.

Les robes avec dépigmentation totale
Lorsque le chat est entièrement blanc.
A savoir, un certain nombre de chats blancs possèdent généralement des yeux bleu, vert ou orange, et sont génétiquement sourds.

Les robes panachées
Correspond à une robe colorée accompagnée de taches blanches, pouvant se limiter à une petite partie du corps ou être présente sur une majeure partie. Ce type de robe est très courant et se retrouve chez une multitude de race.

Les robes avec décoloration partielle
Le pelage est composé de poils dont la base est blanche ou argentée, tandis que la pointe du poil est colorée. On obtient alors des robe argentée (Silver), fumée (Smoke) ou encore ombrée (Shaded).

Les robes colourpoint
Seules les extrémités du chat possèdent des poils colorés (les pattes, la queue, la tête, les oreilles). Souvent proche du blanc, le reste du corps est généralement plus clair et les chats colourpoint ont toujours les yeux bleu foncé.

Les robes "torties"
Cette robe particulière nommée plus communément « écaille de tortue » est uniquement présente chez la femelle. Elle correspond à un entremêlement de deux ou plusieurs teintes, formant ainsi des motifs de façon aléatoires sur le corps et bien distincts.

Pour en savoir davantage sur les chats, ou pour avoir le droit de les faire reproduire, Zoopro vous propose de passer l'ACACED (attestation de connaissances)