zoopro formations animaux
Tél : 09 53 05 96 37

Suivez-nous

Facebook   Twitter   Instagram
La fin du trafic illégal des animaux de compagnie ?

La fin du trafic illégal des animaux de compagnie ?

Le  12 février 2020, les députés européens ont voté une loi permettant un enregistrement des animaux domestiques à l’échelle continentale. De plus, une définition commune des élevages à rendement important, aussi appelé usine à chiot, va être établie afin de limiter la propagation de ces établissements faisant preuve de peu d’éthique.

C’est plus de 46 000 chiens qui sont vendus entre les pays de l’Union européenne, tous les mois, et dont beaucoup ne sont pas identifiés. D’après l’eurodéputé Pascal Durand ce commerce « est très compliqué à estimer car c’est un chiffre noir, comme le trafic de drogue ». Par ailleurs, le trafic d’animaux de compagnie fait partie des trafics les plus importants, juste après le trafic d’armes et de drogues, selon Interpol.

Quelles mesures mises en place ?

Cette résolution va donc sanctionner les éleveurs ne respectant pas la législation européenne sur les animaux de compagnie. L’enregistrement obligatoire par système de puce dans toute l’Europe permettrait un meilleur suivi sur l’origine de l’animal. Ainsi, une telle mesure permettrait de rendre les pratiques des élevages dans l’union européenne plus éthiques. En effet, l’objectif serait de voir de moins en moins de chiens produit de façon industrielle dans les pays de l’Est. Par exemple, il n’est pas rare de voir un bouledogue produit à coût de 50 euros, puis vendu 450 euros à une animalerie peu scrupuleuse, qui ferait adopter celui-ci pour 1100 euros à son futur propriétaire. De plus, ces réformes visent à mettre en place un système général européen d’identification des animaux de compagnie.

Pour que cela fonctionne chaque État membre doit assumer son rôle. D’ailleurs, selon Pascal Durand il faudrait : « augmenter les capacités à contrôler le trafic en mettant en place une vrai traçabilité et vérifier le travail des vétérinaires car certains sont complices ».

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Il est vrai que l’espace Schengen rend possible la libre circulation de tous ses habitants ce qui entraîne évidemment une plus grande facilité à faire passer les frontières aux animaux non-déclarés.

Le plus grand défi en la matière est naturellement la mise en place systématique de ces directives dans chacun des pays européens et notamment « que les polices ou gendarmeries soient formées au niveau national et sachent exactement ce qu’elles doivent vérifier ».

L’entrée d’un ensemble de loi sur la santé animale en 2021 marque un progrès en patientant que la Commission et les États membres mettent en place une telle législation. Néanmoins, depuis 2016, des textes ont déjà été adoptés pour améliorer la transparence des commerces de ventes d’animaux domestiques en ligne.

Si vous souhaitez devenir un éleveur consciencieux n'hésitez pas à vous inscrire à notre formation d'éleveur canin ou d'éleveur félin. Nos experts se feront un plaisir de répondre à vos questions.