zoopro formations animaux
Tél : 09 53 05 96 37

Suivez-nous

Facebook   Twitter   Instagram
Les animaux ont-ils eu une bonne année 2020?

Les animaux ont-ils eu une bonne année 2020?

Pour beaucoup d’entre nous, l’année 2020 n’a pas été une partie de plaisir. L’arrivée de la COVID-19 a bouleversé nos modes de vie ainsi que celle des animaux domestiques et sauvages pendant des longs mois de confinement. Malgré toutes les difficultés affrontées, plusieurs bonnes nouvelles pour la faune sauvage et les animaux familiers peuvent redonner de l’espoir pour l’année 2021 qui vient tout juste de commencer.

Nous revenons sur les bonnes nouvelles que 2020 a laissées concernant les animaux et qui annoncent du positif pour leur avenir.


Quelles ont été les conséquences de l’absence du tourisme sur les animaux en 2020?

La COVID-19 a fortement frappé l’industrie du tourisme en 2020, par conséquent de nombreuses activités n’ont pu se dérouler comme les années précédentes.

C’est le cas des spectacles animaliers qui ont été suspendus cette année, comme la fameuse Corrida de Pampelune en Espagne, épargnant près de 50 taureaux de la mutilation. Les meneurs de balades en calèche, proposant une attraction typique des villes touristiques, ont été forcés de mettre leurs chevaux en pâture, loin des espaces urbains pour leur offrir un peu de repos.

Quelles nouvelles législations pour les animaux en 2020 ?

Cette année a été le moteur de beaucoup de changements en faveur des animaux notamment en France sur le plan législatif.

 La ministre de l’écologie Barbara Pompili, a su montrer beaucoup de compassion envers les animaux et cette dernière prévoit la fermeture des élevages de visons destinés à l’industrie de la fourrure, l’amélioration du bien-être des orques et dauphins dans les parcs aquatiques mais encore l’interdiction des animaux dans les cirques.

« Il est temps que notre fascination ancestrale pour ces êtres sauvages ne se traduise plus par des situations où l'on favorise leur captivité par rapport à leur bien-être ».

Un autre homme politique a montré sa dévotion à la cause animale cette année, le député Loïc Dombreval, qui quant à lui, a déposé un projet de proposition de loi visant à améliorer le bien-être des animaux de compagnie. Il lutte notamment contre l’abandon, l’élevage intensif, l’expérimentation animale en laboratoire et bien d’autres causes animales préoccupantes. Ces bonnes nouvelles laissent entendre un meilleur futur pour les animaux en leur offrant une meilleure protection.

Le confinement a-t-il été favorable à la reproduction des animaux?

Le dernier printemps a été propice à la reproduction d’un grand nombre d’espèces animales, ayant pu se développer avec sérénité lorsque nous étions tous confinés et limitions nos déplacements.

Une bonne nouvelle a été remarquée dans le Parc national des Pyrénées. L’espèce du Bouquetin qui avait quasiment disparu le siècle dernier a pu se démultiplier grâce aux efforts mis en place depuis 2014. Effectivement, plus de 70 cabris ont pu être recensés en 2020 par le Parc national. De plus, les chargés de mission constatent une très bonne reproduction et une très bonne survie face à l’hiver.

Nous ne devons pas nous laisser aller en 2021 et il est important de continuer sur cette lancée pour éviter la disparition d’espèces faisant partie de notre patrimoine.

Comment nos animaux de compagnie ont-ils vécu le confinement?

Chacun d’entre nous a vécu son confinement différemment, en famille, seul ou bien avec son animal de compagnie. Les animaux ont joué un rôle essentiel pour vaincre la solitude et ces derniers ont représenté un réel support moral chez certaines personnes.

Le lien humain/animal a été fortement renforcé, la majeure partie du travail s’effectuant en télétravail, le temps passé avec son animal a été conséquemment augmenté. Les animaux ont pris soin de notre santé mentale pendant ces temps durs. De plus, beaucoup de Français ont eu l’occasion de faire une balade quotidienne avec leurs chiens avec une attestation de sortie, pour s’aérer l’esprit et faire plaisir à leurs animaux.

Cette longue année 2020 ayant touché à sa fin, de nombreux français ont pris la décision d’adopter un animal de compagnie. Beaucoup d’entre eux s’orientent vers les refuges, grâce aux importantes sensibilisations contre l’abandon. De plus, la possibilité de nouveaux confinements dans le futur encourage les gens à adopter un nouvel animal de compagnie pour obtenir un soutien moral, et donner de l’affectation à un nouvel ami à quatre pattes.